Sept habitudes des dirigeants qui réussissent

La performance d’une entreprise est généralement liée à de multiples facteurs parmi lesquels la compétence de son dirigeant, ses qualités et ses habitudes de management. Le monde a connu de nombreux dirigeants à succès, de Robert Owen à Carlos Ghosn, de Jack Ma à Muhammad Yunus, de Ibrahim Mo à Aliko Dangote, etc., sans oublier ceux que nous côtoyons au quotidien et qui nous inspirent.
Qu’est-ce que ces personnes ont en commun ? Quelles sont les habitudes qui font que nous les admirons ? Stephen Covey définit l’habitude comme l’intersection de la connaissance, des compétences et du désir. Selon lui, pour arriver à faire d’une chose une habitude dans la vie, il faut réunir ces trois.
Entre les travaux de Jim Collins sur les « 50 plus grands patrons de l’histoire », les « 7 habitudes des gens efficaces » de Stephen Covey et « les 51 pratiques du Leader » de Gilles ATAYI, nous avons retenu sept habitudes ou pratiques dont les cadres peuvent en inspirer pour devenir de grands dirigeants d’entreprise.
1. Une discipline fanatique : les dirigeants que nous admirons, définissent des objectifs clairs, des valeurs fortes et des règles applicables par tous leurs collaborateurs

Jim Collins, gourou du management, a étudié le profil de dirigeants qu’il considère comme les cinquante plus grands de notre histoire. De cette étude, il ressort deux points fondamentaux partagés par ces grands dirigeants d’entreprises : la rigueur et la discipline.
C’est la discipline « stratégique » qui conduit à définir des objectifs clairs, des valeurs fortes et des règles partagées par leurs collaborateurs. En plus de les définir, ils savent les faire adopter et non les imposer ; ce qui leur permet d’instaurer une discipline durable. Comme le disait J. Collins, « une culture de discipline c’est pas un principe d’entreprise, c’est un principe de grandeur ». Pour en faire une habitude et instaurer une culture de la discipline, il est important d’intégrer et de vivre des valeurs soi-même en tant que dirigeant. C’est ce que les leaders qui nous inspirent ont compris.

2. Une paranoïa productive : ils se préparent au pire pour mieux l’éviter

Les leaders qui sont des références pour nous, savent qu’une entreprise n’est pas à l’abri d’imprévus, qui peut modifier les plans initiaux et la mettre hors de leur contrôle. C’est pour cela que les dirigeants d’entreprise anticipent le pire, non pour l’éviter ou empêcher qu’il se produise, mais plutôt pour s’y préparer et l’affronter en toute confiance lorsqu’il survient. Le scénario catastrophe est-il une méthode préférée du dirigeant à succès pour avoir le contrôle sur les situations, sur l’entreprise et ainsi maintenir la capacité productive de la
société ? On comprend l’importance qu’il pourrait donc accorder à un outil comme le «  Pessimist’s Guide  » publié chaque année par Bloomberg, même si celui-ci ne reflète pas forcément les réalités spécifiques à tous les continents.

3. Un esprit toujours critique : ils ont pour habitude de poser les bonnes questions pour comprendre avant de se faire comprendre

Dans leur relation avec les autres en général et avec leurs collaborateurs en particulier, les grands dirigeants d’entreprise, admirés pour leur qualité et leur performance, ont appris à se poser des questions et à poser des questions pour comprendre. Savoir poser les bonnes questions nécessitent d’être à l’écoute, de prêter toute l’attention à son interlocuteur. Ces dirigeants que nous affectionnons ne font pas qu’écouter, ils ont l’habitude d’être en écoute active. Par cette posture, ils ont toujours une attitude physique de disponibilité lorsqu’ils écoutent ; ils ont appris à écouter sans idées préconçues et sans intention d’interprétation, tout en s’interdisant d’interrompre leurs interlocuteurs afin de questionner sans a priori. C’est par cette habitude d’écoute bienveillante que les personnes qui dirigent efficacement leur équipe, arrivent à comprendre d’abord les autres avant de se faire comprendre ensuite.

4. Une forte tendance à ne pas procrastiner : ils savent réaliser les actions qui n’attendent pas

Les dirigeants à succès le sont car ils ont une habitude à ne pas remettre au lendemain les choses qui ne peuvent pas attendre. Ayant compris que le report au lendemain des tâches ou des activités peut conduire à passer à compter des opportunités.
Une planification rigoureuse les aide à vaincre le manque de préparation et la peur de l’échec, qui sont l’une des raisons de la procrastination.

5. Une courtoisie irréprochable : ils ont une culture de la courtoisie en toutes circonstances

Les leaders qui dirigent avec succès ont pour habitude de faire preuve de grande courtoisie et cela quelles que soient les circonstances. En situation normale, tout comme dans les moments de pression ou de stress extrêmes, les dirigeants à succès perdent très rarement le contrôle. Ils ont le sang-froid et savent garder la tête froide.
Ils ont appris à se contrôler face aux situations complexes et s’évertuent à agir toujours avec élégance. Ces mots simples (s’il vous plait, merci, etc.) sont le quotidien des dirigeants à succès même lorsqu’ils s’adressent à leur plus petit collaborateur. Comme le fait remarquer Gilles ATAYI, les leaders que nous admirons « sont les derniers à élever la voix ».

6. Une positivité extrême : ils se font toujours entourer de personnes compétentes et positives

Parmi les raisons de la performance des dirigeants qui font notre admiration, on peut compter la positivité et la qualité à s’entourer de personnes elles-mêmes positives. Les leaders à succès ont pour habitude de surfer sur la bonne humeur et l’énergie positive qu’ils créent au sein de leurs organisations. Ils s’efforcent à cultiver le bonheur au travail car, ils ont compris que pour être performantes les entreprises ont besoin de collaborateurs, qui prennent du plaisir dans ce qu’ils font et notent qu’ils peuvent être heureux tout en
travaillant.
Dans leur habitude de détection et recrutement des personnes dont ils s’entourent, les grands dirigeants d’entreprise, qui ont compris qu’être heureux au travail est une condition du bien-être de leur société, privilégient en plus de la compétence, la qualité à insuffler un esprit positif et la joie de vivre au travail.

7. Une proactivité habituelle : Ils ont pour habitude de prendre les devants plutôt que de réagir

Les leaders qui réussissent n’attendent pas d’être placés en situation de réaction pour agir. Ils ont pour habitude de prendre des initiatives, de manière proactive, pour anticiper les situations. Car, en général, lorsque le dirigeant, le cadre ou le manager est en posture de réactivité, cela suppose qu’il n’a plus en main le contrôle de la situation, ce qui réduit tout naturellement ses chances de succès.

%s